Réduction des pesticides : 400 millions d’euros dépensés pour pire que rien

La politique de réduction des produits phytosanitaires est tellement inefficace que c’est par un référé que la Cour des comptes a interpellé le gouvernement. Dans sa lettre, rendue publique le 4 février, le premier président constate que malgré des dépenses considérables (400 M € rien qu’en 2018), « les effets des plans Écophyto demeurent très en deçà des objectifs fixés ». En effet. Alors que l’objectif initial était de réduire de 50 % l’usage des pesticides en 2025, il a au contraire augmenté de 25 % entre 2009 et 2018 !

Continuer la lecture de « Réduction des pesticides  : 400 millions d’euros dépensés pour pire que rien »

Manifestation de soutien au maire antipesticides de Saint-Eugène

Xavier Duvignaud, maire de Saint-Eugène, un village proche du Morvan est convoqué au Tribunal administratif de Dijon après la publication d’un arrêté anti-pesticides. Un rassemblement de soutien est organisé.

Xavier Duvignaud, maire de Saint-Eugène, un village de 155 habitants situé entre le bassin minier et le sud-Morvan est convoqué au Tribunal administratif de Dijon après la publication d’un arrêté anti-pesticides. « Le 6 janvier 2020, j’ai publié un arrêté anti-pesticides pour la commune de Saône-et-Loire, Saint-Eugène, dont je suis maire. Cet arrêté a été déféré par le préfet de Saône-et-Loire devant le juge administratif et je suis convoqué au Tribunal administratif de Dijon, ce jeudi 30 janvier, à 14 h 30, au 22 rue d’Assas. » explique-t-il dans un communiqué.

Son arrêté anti-pesticides est le premier du genre dans le département. Le maire crée sur sa commune une bande de 150 mètres entre les parcelles et les habitations, avec une réduction à 100 mètres pour certains cas, où la pulvérisation de « produits phytopharmaceutiques » est interdite.  « J’ai fait le choix d’entrer en désobéissance civile, en publiant le 3 janvier 2020 un arrêté anti-pesticides, pour dénoncer la carence de l’Etat et protéger mes concitoyens, comme la biodiversité de notre village », avait alors déclaré le maire, qui appelle les réseaux associatifs, syndicaux et politiques engagés pour la cause écologique à organiser ce rassemblement.