Pour notre survie, l’industrie forestière doit rester confinée

Ce 21 mars devait être la Journée internationale des forêts. Comme elle coïncide avec le début du printemps, de nombreuses manifestations en plein air étaient prévues partout en France. Des promenades où l’on aurait croisé quelques jonquilles dans les sous-bois, appris à reconnaître un charme d’un hêtre, reconnu le chant d’un oiseau, admiré des démonstrations de savoirs-faire forestiers, respiré… et vu les dégâts de l’industrialisation mortifère de la forêt. Il y aurait eu des manifestation contre les coupes rases pour que cette journée ne devienne pas celle du souvenir de la forêt. Tout cela est évidemment annulé. Nous n’irons pas au bois cette année… Plus tard, il faudra tirer les conséquences de ce printemps supprimé ; pour l’heure, entre nos quatre murs, nous pouvons pressentir une vie sans la forêt, cet exact contraire d’un lieu confiné.

Continuer la lecture de « Pour notre survie, l’industrie forestière doit rester confinée »